Discussion très populaire en ce moment, le harcèlement sexuel notamment envers les femmes fait beaucoup parler. Beaucoup s’en plaignent et se disent être constamment abordées dans la rue, mais sont-elles toutes harcelées comme elles le prétendent ?

Alors dans cet article, il est évident que je condamne toutes formes de harcèlement, cet article sert juste de décryptage.

1/ Qu’est-ce que le harcèlement sexuel ? 

Voilà un mot qui n’est pas forcément bien compris. Car on confond beaucoup drague de rue et harcèlement. Parfois, une drague un peu lourde ou même maladroite (oui, ce n’est pas simple de draguer) peut se prendre pour du harcèlement alors que souvent, c’est injustifié.

Voici la définition de harceler :

Harceler (vbe transitif) : soumettre à quelqu’un d’incessantes petites attaques, de continuelles pressions, sollicitations.*

En gros, le harcèlement, c’est une violence (morale, physique, sexuelle…) répétée sur quelqu’un.

C’est-à-dire dans notre cas, si un homme aborde une femme de manière polie, la salue ou bien encore la complimente, ceci n’est pas du harcèlement !
Il est important de comprendre vraiment la définition pour éviter des quiproquos.

Mais alors où commence le harcèlement ?
Le harcèlement commence dès lors où la personne abordée répond défavorablement aux avances de la personne qui aborde et que cette dernière continue d’insister encore et encore suite au refus.

2/ Drague de rue = harcèlement ?

Voilà l’argument favori des féministes (un peu extrémiste sur les bords), les mecs, arrêtez d’aborder les femmes dans la rue ! Elles ne veulent pas être dérangées ! La rue ça sert à aller d’un point A à un point B, allez dans des endroits adaptés !

Ces phrases ont tendance à me faire sortir un peu de mes gonds. On analyse ça ensemble. La rue est un endroit public où chacun est libre de jouir de ses libertés tant qu’elles n’empiètent pas sur celles des autres et qu’elles restent dans le cadre. Cela veut dire qu’on reste dans les limites des lois fixées. Effectivement, on peut aller d’un point A à un point B mais aussi, on peut se promener sans but précis, ou être sociable dans le respect de chacun. Ce que je trouve dommage : où est le charme de la rencontre instantanée si on peut communiquer avec personne, parce que la rue servirait qu’à se déplacer ? On peut rencontrer des personnes formidables, s’ouvrir à d’autres cultures sans penser forcément à coucher !

« Allez dans des endroits adaptés ! ». La plupart des lieux dit « adaptés » sont souvent payants, ce qui veut dire qu’on est obligé de payer pour avoir accès (très capitaliste donc dans l’ère du temps, dit en passant) à la conversation, ce qui voudrait dire très vulgairement, que les femmes sont des putes.

« Elles ne veulent pas être dérangées. » Voilà une phrase qui reflète bien la logique féminine ! (L’art de dire que a = /a, en logique mathématique).

Cette phrase n’est pas forcément vraie. Alors oui, certains jours on est plus pressé que d’autres, et donc, on voudrait éviter d’être dérangé mais les femmes (c’est à partir de là que je vais me faire taper) elles ne s’apprêtent pas pour rien. Bien évidemment, je n’exclus pas le plaisir. On a tous besoin de nourrir son estime de soi et cela peut passer par prendre soin de soi, bien s’habiller ou je dirai, s’habiller comme on le souhaite et se sentir à l’aise.

Bien sûr, recevoir des compliments ou bien attirer les regards peuvent renforcer l’estime de soi que l’on soit un homme ou une femme. L’enjeu est un peu plus présent chez les femmes. Sans rentrer dans les détails, les hommes étant très visuels et donc attirés par ce qu’ils voient, les femmes, si elles veulent avoir un large choix de partenaires ont tout intérêt d’être jolie physiquement (même avec des artifices) pour attirer un maximum de mecs pour choisir le bon pour procréer. On le fait pas forcément de manière consciente (on a toujours un instinct animal), mais le but est de perpétuer l’espèce et d’assurer sa descendance d’où le comportement chasseur des hommes et l’apprêtement des femmes.

Ce qui veut dire en gros, de manière inconsciente ou pas, elles espèrent toujours que l’homme de leur rêve vienne les aborder de la bonne manière pour ensuite… Hypothèse vérifiée notamment quand des coachs en séduction sur Youtube ont posé des questions comme « Est-ce que vous trouvez ça bien que des hommes viennent vous aborder ? » Une large majorité a répondu : « Oui, quand c’est bien fait, ça fait extrêmement plaisir et renforce notre estime de soi. »

Un autre problème venant des femmes elles-mêmes. Les règles ne sont pas identiques pour tous. Si tu es beau gosse ou populaire, tu pourras te permettre beaucoup plus de choses. Un exemple : « Eh mademoiselle… » sera pris différemment si c’est Ryan Gosling qui le dit ou si c’est le blédard du coin, pourtant c’est la même phrase. Le harcèlement sexuel, ce n’est pas pour tout le monde.

3/ Médias et nouvelles technologies

Un autre gros problème, c’est quand internet et la télé s’emparent de la thématique et on y trouve : stigmatisation, témoignages bidons, manipulation, désinformations le tout pour faire le buzz ! Beaucoup de personnes, malheureusement, sont des moutons et ne font pas preuve de discernement, d’esprit critique et cela donne lieu au grand n’importe quoi.

On parlera par exemple du #balancetonporc, extrêmement discriminant envers les hommes car oui on en parle pas du #balancetatruie car bien sûr, ça n’existe pas ! Il y a des femmes qui rédigeaient des histoires pour régler leurs comptes. Certaines profitaient du hashtag pour faire de la violence gratuite envers certains hommes qui en fait, n’avaient pas fait grand-chose ou s’y étaient mal pris, tout simplement. D’autres, où la notion de harcèlement était éronnée. Plus pathétique encore, lors des interviews dans les journaux télévisés, des témoignages complètement à côté de la plaque qui ne décrivent absolument pas un harcèlement. Après ça, on pense que tous les hommes sont des harceleurs alors qu’en fait, c’est juste une minorité qui foutent la zizanie.

Je passerai sur le fait que dans la rue, les smartphones étant tellement omniprésents, qu’il est maintenant très difficile d’adresser la parole à quelqu’un. Ces outils, qui soient disant devaient nous connecter les uns aux autres grâce aux réseaux sociaux, sont en train de nous couper petit à petit des véritables relations humaines.

De plus, les réseaux sociaux faussent totalement les standards de la beauté causant à l’être humain dépressions, isolement, mauvaise image de l’homme et de la femme. Qui ne s’est jamais fait avoir par une photo retouchée lors d’une date pour correspondre « aux normes » de beauté.

En quoi Tinder qui est la marchandisation de l’être humain serait plus respectable que la drague de rue ?

Il y a juste qu’à analyser le comportement des personnes sur les réseaux en train de se montrer avec un style de vie sain, une lumière bien installée, un filtre snapchat gommant les imperfections. Les femmes, par la société et par un plus grand potentiel de mecs pouvant tomber sur les photos, sont celles qui s’affichent le plus mais aussi les premières victimes d’une altération de l’estime de soi.

4/ Conséquences

Il y a forcément des conséquences et les premières viennent des hommes ; étant associés à des harceleurs, beaucoup ne veulent plus prendre le risque de parler à une femme dans la rue même si c’est pour demander l’heure. Les hommes deviennent plus féminisés ce qui pour les femmes n’est guerre très attirant (vous voyez a et /a encore). Des femmes se permettent de remballer les mecs de manière impolie. De plus en plus de personnes se renferment dans leur monde avec leurs smartphones. Et puis comme par hasard, de plus en plus de sites de rencontres pointent le bout de leur nez mais bon, c’est vrai que « Tinder » c’est mieux, car c’est adapté !

En conclusion, je dirai qu’il faut un peu d’esprit critique et de recul. Le harcèlement c’est inacceptable, et il faut agir ! Harcelés («  és » oui car ça existe dans les deux sens et pas de « oh c’est bon les hommes, vous aimez ça »), témoins agissez !

Les mecs, quand vous abordez, soyez toujours courtois et respectueux. Les femmes ne soyez pas des connasses et déclinez poliment si c’est bien fait, ne confondez pas Jean-Rachid qui vous dit « eh, mademoiselle, t’es bonne ! » (N’oubliez pas que ce sont ces mêmes mecs qui harcèlent les hommes) et un homme qui vous fait un compliment ou qui vous aborde.

Notes :

*Définition Larousse


MB
MB

Entrepreneur, éducateur et conférencier, je suis quelqu'un qui n'a pas toujours eu des facilités pour mes relations sociales. Pour vous dire, réciter une poésie devant la classe, c'était limite une phobie. Je suis quelqu'un qui a fait les démarches pour m'en sortir dans la vie et je suis là pour vous faire partager mon expérience sur le sujet. Je suis aussi un grand fan de jeux vidéo comme quoi même les gamers ou les plus geek peuvent avoir une vie sociale bien remplie.